• De quel bois suis-je fait?

    Et si ma vie était à refonder?
    Je veux dire si les bases étaient à revoir.

    Le jardinage est de bon conseil,
    Qui nous oblige à travailler les profondeurs.

    La plante pour grandir
    A besoin d'un sol riche en micro-élements,
    En matière organique extraite de la forêt d'à côté.

    Nous avions cru qu'il suffisait de bêcher,
    De mettre quelques engrais,
    D'arroser et d'attendre les doigts croisés.

    L'avènement d'un tonitruant confinement
    Fut l'occasion d'un sérieux avertissement:
    La vie n'est point une course en avant
    Qu'il faudrait gagner tambour battant.

    Replonger nos mains dans la glaise,
    Reprendre pied après tant d'emballement,
    Revenir à la source et aux racines,
    Entendre dans la vie au-dedans,
    L'écho d'une Parole surgie au tournant.

    MM


    1 commentaire
  • Parle-nous de la Joie et de la Tristesse.
    Il répondit:
    Votre joie est votre tristesse sans masque.
    Et le même puits d'où jaillit votre rire a souvent été rempli de vos

    larmes.
    Comment en serait-il autrement ?
    Plus profonde est l'entaille découpée en vous par votre tristesse,

    plus grande est la joie que vous pouvez abriter.

    La coupe qui contient votre vin n'est-elle pas celle que le potier

    flambait dans son four ?

    Le luth qui console votre esprit n'est-il pas du même bois que celui

    creuse par les couteaux ?

    Lorsque vous êtes joyeux, sondez votre cœur, et vous découvrirez

    que ce qui vous donne de la joie n'est autre que ce qui causait votre

    tristesse.

    Lorsque vous êtes triste, examinez de nouveau votre cœur.

    Vous verrez qu'en vérité vous pleurez sur ce qui fit vos délices.

    Certains parmi vous disent: "La joie est plus grande que la tristesse",

    et d'autres disent: "Non, c'est la tristesse qui est la plus grande."

    Moi je vous dis qu'elles sont inséparables.

    Elles viennent ensemble, et si l'une est assise avec vous, à votre

    table, rappelez-vous que l'autre est endormie sur votre lit.

    En vérité, vous êtes suspendus, telle une balance, entre votre

    tristesse et votre joie.

    Il vous faut être vides pour rester immobiles et en équilibre.

    Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son or et son

    argent dans les plateaux, votre joie et votre tristesse s'élèvent ou retombent.

    Khalil Gibran, "le Prophète".


    2 commentaires
  • L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

    Les jugements des autres ne reflètent que ce qu'ils sont et non ce que

    vous étes. Je rajouterai même que les personnes qui jugent les autres

    sont souvent celles qui se rapportent au passé et qui ignorent que les

    choses changent ainsi que les personnes.
    C'est assez contradictoire que des personnes aussi fermées d'esprit

    puissent se permettre de juger les autres, “on peut” même trouvé parfois

    une certaine forme d'ego qui y est rattaché.
    Dévaloriser les autres pour/et se valoriser soi-même.
    Quelqu'un qui vous juge c'est quelqu'un qui vous définit sans même savoir,

    ils se servent de votre passé pour vous qualifier dans leur futur comme ils

    veulent ou préfèrent/souhaitent vous voir, d'ailleurs c'est comme cela

    qu'ils vous ont toujours vu ou préféré vous voir finalement et c'est là que

    leur hypocrisie s'affiche à vous.
    Les masques tombent toujours, a un moment ou un autres les fausses

    personnes ce devoilent tels qu'elles sont dans leur nature.
    Et le plus flagrant c'est quand on constate que ces personnes là sont

    assurés d'avoir la bouche pleine de vérités alors qu'il y a des choses

    qu'elle ne savent même pas et qui changerait tout a leurs petit opinion..

    Mais qui sont ces personnes pour vous juger alors que même elles ont fait

    des choses moralement bien pire que vous mais que vous même ne dénigrez

    ou ne jugez pas..
    De toute façon leur jugement leur appartient donc au final on s'en fou,

    laissez leur!!!
    (Oui c'est du caca en sachet )
    Et on en veut pas !!
    La seule chose qui est à vous c'est ce que que vous pensez de vous et où

    vous voulez aller et ça il n'y a que vous qui le savez alors le reste!!!
    (On s'en tamponnes le coquillage )
    À toutes personnes qui vous jugent proposez-leur vos baskets parce que

    bien souvent ils ne connaissent pas le chemin que vous avez arpenter, ils

    ne l'ont pas vécu.
    En conclusion ils ne savent rien.
    Laisser les avec le sourire dans leur petit monde de suppositions réconfortant

    et gonflant d'assurance.
    (Tant mieux pour eux)
    Tfou on est bien plus inteligent !
    Je trouve ça ...
    Rigolo.


    2 commentaires
  • Tout le charme authentique des ruelles de Collioure...
    qui subliment son clocher...
    Nouvelle Affiche 2020..
    Galerie Couleurs Roussillon
    Rue de la Fraternité Collioure
    © Photos Herve Donnezan droits réservés
    www.couleurs-roussillon.com

     


    1 commentaire
  • Elisabeth Pierre Saint-Pastou

     Je pense que si ce confinement permet que vous, vous choisissiez de changer et

    le mettez en action, alors le monde aura déjà changé.

    C’est vraiment ce que j’ai découvert il y a des années dans mes formations de

    systémie : on ne peut changer que soit dans la relation à l’autre, mais en changeant

    soi, la relation change et l’autre change (pas toujours dans le sens qu’on imagine cependant 

    J’ai commencé à expérimenter cela dans mon couple il y a plus de 10 ans, en arrêtant

    de vouloir que mon mari étende le linge ou remplisse le lave-vaisselle à ma manière

    (et en repassant systématiquement derrière lui ). Pareil pour les enfants, pour mes patients.

    J’ai essayé de changer quelque chose en moi, dans mes comportements, à chaque fois

    que la situation me semblait bloquée.
    Le résultat n’a pas été celui que j’escomptais puisque mon mari est parti au bout du compte.

    Mais je sais que j’ai fais le bon choix : changer moi d’abord, transformer ce que je peux.
    Et cette maxime de Gandhi et de Mère Teresa est devenue la mienne : Sois le changement

    que tu veux voir dans le monde. C’est la seule manière pour que le monde change je crois.
    En changeant moi et en devenant ce qui m’inspire et m’attire, j’inspire d’autre à faire de même,

    et surtout je leur montre que c’est possible.
    Et puis n’oublions pas : ce qui est semé fini par germer et porter du fruit.
    Ce qui a été semé pendant ce confinement est peut-être juste en germe et c’est pour cela qu’on

    ne le voit pas encore de manière visible 
    Ceci dit c’est dur de perdre ses illusions et de se confronter à une réalité différente de ce qu’on

    imaginait...alors je compatis  


    2 commentaires