• « La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où

    l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour

    s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui

    n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout

    à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas. La vie est bien trop courte pour la

    perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer. Quand il nous suffit

    d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour

    enfin faire la paix, être en paix. Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui

    nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, Vraiment ».

    Alexandre Jolien

    L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan


    1 commentaire
  • Ascension (1),

    Qui se souvient encore de ce mot
    Venu d'un temps où la vie
    Pour se propulser en avant
    Avait besoin de croire au lendemain.

    Les humains ont inventé les fêtes,
    Pour reprendre courage
    Surmonter les défaites,
    Élever les regards fatigués
    Par la houle et les tempêtes.

    Trouverai-je sur ma route,
    Une source, une force vivifiante,
    Une voie pour prendre de la hauteur,
    Échappée vers le ciel d'une intériorité?

    Qui saura si ma soif d'élévation
    Puise sa force dans ce désir de transformation?

    L'ascension est une montée,
    Une progression à pas comptés,
    L'arrivée au sommet l'espoir d'une délectation...
    La promesse d'une contemplation.

    MM

    (1) Aujourd'hui 21 mai, fête catholique de l'Ascension du Christ,

    quarante jours après la fête de Pâques qui fait mémoire de la Résurrection.

    L’image contient peut-être : ciel, montagne, nuage, nature et plein air
     
     

    2 commentaires
  • Aucune description de photo disponible.


    2 commentaires
  • Je sais pas si vous connaissez ce genre de ressenti…

    Mais depuis ma naissance je ne me suis jamais réellement senti bien à ma place dans cette société, comme si je venais d’ailleurs…

    Toujours la tête dans les étoiles, je vois des détails que la majorité des gens ne voient pas ou bien ne veulent pas voir…

    Toujours en retrait par rapport aux autres à observer et analyser constamment ce qui m’entoure.

    Quand la majorité prennent du plaisir à faire quasiment tous la même chose, à suivre la même route et bien à chaque fois quelque chose me pousse à faire l’inverse, à aller à contre courant de tout!

    Rester seul face à moi-même à ne rien faire, juste à penser, voir, ressentir, vivre et me recentrer me fais du bien alors que très peu de gens aiment faire ça, ils préfèrent sortir tout le temps, voir plein de monde, acheter des objets (vêtements, gadgets etc…) dans le but de se sentir être quelqu’un et exister aux yeux des autres…

    Ce besoin incontrôlable de « changer le monde » et ce sentiment d’avoir une « mission » comme des capacités extra sensorielles très développées (clairvoyance, clairsentience, clairaudience, savoir interne inné) et puis cette soif d’apprendre toujours plus, de vouloir grandir à chaque seconde!

    De ne pas supporter l’injustice…

    Hypersensible et rempli d’empathie pour tous les êtres vivants du monde ce qui est très dur à vivre parfois…

    Je suis certain que beaucoup d’entre vous ici se reconnaissent dans ce texte, sachez que vous n’êtes pas seuls et il est important de le dire, de s’exprimer afin que les autres aussi puissent l’entendre et à leur tour semer des graines qui germeront dans les consciences

    Tu pensais être tout seul dans ton coin ?

    Maintenant tu sais que nous sommes là.

    Julian Wolf

    Livres conseillés ( liens affiliés) , cliquez sur l’image:



    1 commentaire




  •  

     

    De quoi sera fait demain?
    Et si demain était aussi entre nos mains!

    Voici une question à 0 € qui peut-être va taper dans le mille. Faites-vous partie des personnes qui croient que le futur est fait de ce que le temps qui vient fera de lui-même, ou êtes-vous de ceux qui pensent que l'avenir sera ce que nous le ferons, en travaillant d'arrache-pied à le faire advenir comme nous le souhaiterions.

    Pour résumer: pensez-vous ou sentez-vous que la crise actuelle nous provoque à changer radicalement de mode d'existence pour sortir l'humanité de son risque d'effondrement, comme disent certains, ou vous cantonnez-vous à vous résoudre au fait que l'avenir est l'avenir et qu'on peut rien y changer, notamment à cause des déterminismes sociaux, techniques et environnementaux dans lesquels nous sommes désormais prisonniers. Lorsque j'essaie sérieusement de me poser la question à moi-même, j'avoue que j'hésite. J'aurais tendance à prendre des arguments des deux côtés, et non point à choisir l'un ou l'autre.

    Prenons un cas concret. Hier soir, je me suis posté devant mon ordinateur, à 21h, pour écouter et participer en direct à la causerie-méditation proposée par le psychiatre Christophe André sur le thème: "Méditation et santé". Il ne s'agissait pas d'une conférence classique mais plutôt d'une causerie familière au cours de laquelle il voulait d'abord que l'auditeur-spectateur entre en connivence d'esprit et de coeur avec ce qu'il avait à partager avec les internautes. Je me suis prêté au jeu et me suis embarqué avec le millier de personnes qui suivaient ce rendez-vous fort atypique.

    Ma surprise fut à son comble lorsque je constatai que le médecin psychiatre bien connu nous invitait à faire de nos inspirations-expirations un motif de connexion bienveillante avec tous ceux qui étaient malades ou souffrants. Avec lui, j'entrai donc dans une forme de communion de pensée et de coeur qui consistait à offrir notre bienveillance et notre compassion à toutes ces personnes malades. Ces mêmes personnes étaient invitées à recevoir avec gratitude ces pensées d'internautes en bonne santé.

    J'ai trouvé ce moment-là grandiose et très touchant, je vous l'avoue. Qu'on puisse ainsi se mettre à croire que l'exercice n'avait rien de magique ou de superstitieux mais que le simple fait de faire converger ces esprits au même moment pouvait apaiser nos cœurs et nous mettre en lien alors même que la crise sanitaire pourrait imposer des "barrières" séparatrices et anxiogènes.

    Je ne sais pas si j'ai répondu à la question initiale que je me posais. Ce que je sais, et j'en suis sûr, c'est que dans ces moments de partage intense, il me semble qu'il est réellement possible de transfigurer les choses et sans doute de "modifier" la marche du monde. Je ne sais pas si la souffrance de ceux qui étaient connectés à ce moment-là a été atténuée. Ce que je sais c'est que j'ai senti un courant de communion et d'unité dont j'avais besoin pour croire que l'avenir n'est pas une partie de poker. Il est dans ces instants de grande intensité spirituelle et existentielle où nous le construisons ensemble. L'avenir ne se fabrique pas, ne se bricole pas à coups de génie technique ou technologique.

    Sans doute sommes-nous, pour une bonne part en tout cas, "les configurateurs du monde" (Heidegger) qui advient quand nous sommes en lien. Merci à Christophe qui donne tant de lui-même pour nous introduire en cette intériorité agissante.

    MM

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, cheval, plein air et nature


    3 commentaires