•  

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, nuage, ciel, montagne, plein air et nature

     



    Riad Zein a ajouté une photo à l’album Esprit Mourne.

    Le but

    Peu importe ce que tu penses de la vie, du monde ou des autres, tu as un but que

    tu le reconnaisses ou non, le fait de chercher à donner un sens personnel aux

    phénomènes ou aux événements, t’enfonce dans le déni et t’empêche d’atteindre

    ton but qui est sortir de ce monde fictif.

    C’est ce monde lui-même qui te retient prisonnier en te convaincant que tu as la

    connaissance et que tu es capable de tout comprendre et de tout interpréter.

    C’est une ruse de l’ego. Du coup tu as oublié ton but.

    Plus tu cherches à comprendre plus tu t’éloignes du but et plus le retour sera

    douloureux. C’est le mental qui t’éloigne de la réalité tout en te convaincant qu’il

    connaît la porte de sortie et que tu dois lui faire confiance.

    Tu trouveras la porte de sortie lorsque tu arrêtes de réfléchir, lorsque tu te

    libères de ton mental et tu fais confiance à ce qui est là, lorsque tu lâches prise

    faisant totalement confiance à tes ressentis qui ne peuvent en aucun cas être

    en dehors du présent, alors tu auras atteint ton but.

    Réalise que ce n’est pas toi qui dois chercher des solutions à ta vie, ce n’est pas

    toi qui dois réfléchir. Tu es l’ambassadeur de la Divinité, de la Source sur terre,

    c’est à Elle de réfléchir à travers toi et de donner des solutions à ta vie.

    Tout vient de la Source et revient à Elle. Tu as peur de perdre ton identité, tu

    ne peux pas perdre quelque chose que la Divinité a crée pour toi. Ce sont tes

    interprétations qui te mettent dans cette confusion.

    Tu crois que si tu perds l’ego tu vas fusionner avec le tout et perdre ton moi,

    c’est cela qui t’empêche de trouver la porte de sortie, tu n’es pas motivé, c’est

    encore une ruse de l’ego. Sache que ce n’est qu’une croyance comme une autre.

    La porte de sortie est ici et maintenant tu la franchiras à travers tes ressentis,

    tu récupéreras ton pouvoir qui est le sentiment et tu comprendras tout sans avoir

    besoin de réfléchir, ainsi ton mental seras ton humble serviteur et non pas le

    maître, il construira les idées qui tu lui dicteras, des idées réelles issues de la Source.

    Esprit Mourne :
    Esprit de l’espace-temps


    1 commentaire
  • Seunam Dordjé Lama



    Réflexion de la semaine

    "Au début, la pratique de la méditation s'occupe seulement de la névrose

    fondamentale de l'esprit, de la relation confuse entre vous-même et vos

    projections, de votre relation aux pensées. Lorsque quelqu'un est capable

    de voir la simplicité de la technique, sans adopter d'attitude spéciale à cet

    égard, il peut alors envisager de la même façon sa propre structure mentale.

     

    Il commence à considérer les pensées - qu'elles soient pieuses, mauvaises,

    domestiques, etc. - comme de simples phénomènes. Il ne les range plus dans

     

    les catégories particulières du bon et du mauvais, il les voit juste comme

    de simples pensées. Si vous entretenez une relation obsessionnelle avec vos

    pensées, en fait vous les nourrissez, parce qu'elles exigent votre attention

    pour survivre. Une fois que vous leur prêtez attention et à les catégoriser,

    alors elles deviennent très puissantes. Vous leur fournissez de l'énergie dès

    lors que vous ne les voyez plus comme de simples phénomènes. Et même si on

    essaie de les calmer, c'est encore une façon de les nourrir. Aussi la méditation

    , dans les débuts, ne consiste-t-elle pas à essayer d'atteindre le bonheur ou la

    paix, encore qu'ils puissent en être les sous-produits. La méditation ne doit pas

    être considérée comme un congé pour éviter l'irritation."

    - Chögyam Trungpa Rinpoché - Le mythe de la liberté et la voie de la méditation.

     

    Photo : Bodhgaya - 2007 - Copyright LSD

     


    1 commentaire
  •  

    Fruitstock FestivalJ’aime la Page

    - Maître, comment puis-je faire face à l'isolement ?

    - Nettoie ta maison. À fond. Dans tous les coins.
    Y compris les choses dont tu n'avais jamais l'envie, le courage et la patience de toucher...
    Fais en sorte que ta maison soit lumineuse et bien entretenue. Élimine la poussière, les toiles d'araignée, les impuretés. Même les plus cachées.
    Ta maison te représente : si tu en prends soin, tu prends également soin de toi.

    - Maître, mais le temps est long !
    Après avoir pris soin de moi dans ma maison, comment vivre l'isolement ?

    - Répare ce qui peut être réparé et supprime ce dont tu n'as plus besoin.
    Consacre-toi au bricolage, classe tes factures, élimine tes mails inutiles, range tes photos dans des albums, restaure un meuble, répare tout ce qui vaut la peine d'être réparé.

    Le reste, jete-le ! Avec gratitude.
    Et avec la conscience que son cycle est terminé.
    La reparation et la suppression à l'extérieur de toi-même te permet de réparer ou de supprimer ce qui est en toi.

    - Maître, et puis quoi ?
    Que puis-je faire de tout ce temps tout seul ?

    - Sème...
    Même une graine dans un vase.
    Prends soin d'une plante, arrose-la tous les jours, parle-lui, donne-lui un nom, enlève les feuilles sèches et les mauvaises herbes qui peuvent l'étouffer et laisse toi pénétrer par la précieuse énergie vitale.
    C'est une façon de prendre soin de tes graines intérieures, de tes désirs, de tes intentions, de tes idéaux.

    - Maître, et si le vide vient me rendre visite ? Si la peur de la maladie et de la mort viennent ?

    - Parle-leur.
    Prépare la table pour elles aussi, réserve une place pour chacune de tes peurs.
    Invite-les à dîner avec toi. Et demande-leur pourquoi elles sont venues si loin chez toi. Quel message veulent-elles t'apporter ?
    Que veulent-elles te communiquer ?

    - Maître, je ne pense pas pouvoir faire ça.

    - Ce n'est pas l'isolement de ton problème, mais la peur d'affronter tes dragons intérieurs. Ceux que tu as toujours voulu éloigner. Maintenant, tu ne peux pas t'enfuir.
    Regarde-les dans les yeux, écoute-les et tu découvriras qu'ils te mettent contre le mur.
    Ils t'ont isolé pour pouvoir te parler.
    Comme les graines qui ne peuvent germer que si elles sont seules.

    Zen Toyo.

     


    1 commentaire
  • " D'où vient votre haine ? Hommes de mon siècle et hommes d'Église, pourquoi

    méprisez-vous celles qui vous ont conçus, portés, celles dont les mains ont reposé

    sur vos fronts aux nuits brûlantes de fièvre de votre enfance, celles qui tissent et

    cardent vos vêtements et vous nourrissent, celles qui vous assisteront à l'heure de

    mourir, vous fermeront les yeux et vous coudront dans vos linceuls, celles qui tiennent

    du sensible et du palpable leurs connaissances, celles qui deux fois vous mettent au

    monde : en mère d'abord puis en amante ?

    Souvenez-vous que c'est aux femmes tout d'abord que le Christ ressuscité s'est

    montré - et non aux hommes : eux l'avaient trahi, frappé, jugé, crucifié.

    Son premier mot, le premier mot de Christ Pancreator, de Christ en gloire est

    "Femme" ! "Femme, pourquoi pleures-tu ?" et "Pourquoi cherchez-vous parmi les

    morts celui qui est vivant ?".

    C'est à elles qu'il annonce en premier la bonne nouvelle. Les voilà part désormais

    de la victoire de la Vie sur la Mort ! "

     

    Christiane Singer - Une passion entre terre et chair - Joséphine Wall, artiste

    peintre et scupteur anglaise née en 1947.

    L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

     


    2 commentaires
  • Ryan 

    C ' est le garçon qui a sauve la soif d'un demi-million d'Africains Son nom est Ryan, né au Canada en mai 1991.
    Quand j'étais petit à l'école, à seulement six ans, sa prof lui a dit comment vivaient les enfants en Afrique.
    profondément ému de savoir que certains meurent même de soif, alors qu'il Lui suffit d'aller dans un robinet et d'avoir de l'eau propre.

    Ryan a demandé à la prof combien ça coûterait pour apporter de l'eau en Afrique, et la prof a rappelé qu'il y avait une organisation appelée "WaterCan", qui pourrait faire des puits coûtant environ 70 dollars.

    En rentrant à la maison, il est allé directement chez sa mère Susan et lui a dit qu'il avait besoin de 70 $ pour acheter un puits pour les enfants africains. Sa mère a dit qu'il devrait avoir l'argent pour ses efforts et lui a donné des devoirs avec lesquelles Ryan gagnait quelques dollars par semaine.

    Il a enfin rassemblé les 70 $ et est allé à Watercan ". Quand ils ont répondu, on lui a dit que le coût réel du forage d'un puits était de 2.000.dollars. Susan a clairement dit qu'elle ne pouvait pas tout lui donner cet argent, mais Ryan ne s'est pas rendu et a promis de revenir avec les 2.000.

    Il a accompli des tâches dans le voisinage et accumulant de l'argent, ce qui a contaminé ses frères, voisins et amis, qui se sont mis à l'aider. Jusqu'à ce qu'il rassemble l'argent nécessaire Et en janvier 1999, un puits a été percé dans un village au nord de l'Ouganda.

    Quand le puits a été prêt, l'école de Ryan a commencé à correspondre avec l'école qui était à côté du puits. Ainsi Ryan rencontre Akana : un jeune homme qui se battait pour étudier chaque jour. Ryan captivé a demandé à ses parents de voyager pour rencontrer Akana En 2000, il est arrivé au village et a été reçu par des centaines de personnes qui formaient un couloir et criaient son nom.

    Vous connaissez mon nom ? - Ryan surpris demande au guide.
    Tous ceux qui vivent à 100 km autour le savent. Il a répondu.
    De nos jours, Ryan, près de 29 ans, a sa propre fondation. Il a déjà pris plus de 1090 puits et 1229 toilettes ont déjà été installés jusqu'à présent (2016) en Afrique. Il s'occupe également de fournir l'éducation et d'apprendre aux indigènes à s'occuper des puits et de l'eau.

    Tout comme nous avons repassé tant de choses futiles, rien de plus juste que de partager le héros.
    ♡♡ Gratitude Ryan ♡♡ ______

     

    1 commentaire