• L’image contient peut-être : texte


    votre commentaire
  • Je dois recharger ma batterie,

    Je ne plaisante pas. Hier, ma batterie est tombée en panne. Disons qu'après diagnostic, il s'est avéré que je ne pouvais accuser personne d'autre de cet arrêt subit de mon véhicule. Un grand merci au passage à mon jeune voisin qui a pris deux heures de son repos un jour férié pour s'échiner à chercher la cause d'une panne inexpliquée.

    Cet incident sans conséquence, mais ô combien contrariant m'a conduit à méditer sur la vie actuelle. Tout est calculé pour vous faire croire que la magie du progrès est censée vous apporter tous les ingrédients de la modernité. "Pas de souci, nous nous occupons de tout", dit la parole divine publicitaire. Puis, le château s'écroule...votre hébétude est à hauteur d'une promesse fallacieuse. Vous devez soudain vous soumettre au réel le plus cru: vous êtes là, un jour férié, sans aucune possibilité de chevaucher le rêve implanté dans votre cervelet crédule. Il ne vous reste plus que votre imagination et votre énergie à trouver une solution.

    Ma batterie est HS, certes, mais le monde tourne autour de moi, je dois me résoudre à recharger à bloc mon envie de ne pas en rester là, à éviter de pleurnicher devant une contrariété aussi dérisoire. En telle circonstance l'essentiel consiste à changer de logiciel. A faire comme ma mère bien-aimée lorsque qu'une chute de rien du tout tourneboulait mon cœur d'enfant avide de consolation. Au fond, mon appareil à réveiller le moteur de ma voiture est une belle parabole de ce dont j'ai le plus besoin: prendre garde à ce qui peut décharger mon moral et ma vitalité. Ces quelques mots posés sur le clavier m'auront convaincu, avec un peu de recul, que ma panne est un éveil quand je sais voir en elle un appel à sonder l'état de veille de mon esprit. MM


    1 commentaire
  • Miracle de la marche,

    La marche est une étrange compagne,
    Elle nous appelle à nous lever et à bouger,
    Elle est à notre corps un bienfait,
    A notre esprit une grâce inespérée,

    La marche met en mouvement,
    Nous pousse au-devant,
    Sans même nous avertir de ce qui nous attend,
    La marche soulève sous nos pas
    Une parole qui caresse notre être profond.

    La marche est une inspiration,
    Un souffle en quête d'un rythme,
    Un élan porté par un désir,
    Désir d'avancer, de se laisser dorloter
    Par la joie simple de se confier.

    La marche est une démarche,
    Une invitation du corps en mouvement,
    A chercher dans le chemin qui s'ouvre,
    Un regard nouveau,
    Une complicité bienfaisante,
    Une reconnaissance à chaque pas
    De que je suis au fond de moi.
    MM

    L’image contient peut-être : arbre, plante, plein air et nature
    L’image contient peut-être : chaussures et plein air
     
     

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : texte et plein air


    1 commentaire
  • Christine Bertrand

     

    Qu'est-ce que ça fait d'être vieille ? 
    L'autre jour, une jeune personne m'a demandée : - Que ressentez vous en étant vieille ?-
    J'ai été très surprise par la question, car je ne me considère pas vieille. Quand elle a vu ma réaction, elle s’en est immédiatement voulu, mais je lui ai expliquée que c'était une question intéressante. 
    Après avoir réfléchi, j'ai conclu que devenir vieux est un cadeau.
    Parfois, je suis surprise de la personne que je vois dans mon miroir. Mais je ne me soucie plus de ces choses depuis longtemps. Je ne changerais pas pour tout l’or du monde pour avoir des cheveux gris en moins et un estomac plat. 
    Je ne me force pas pour faire le lit, ou pour manger quelques "choses" de plus. 
    Je suis dans mon droit d'être un peu bordélique, d'être extravagante et de passer des heures à contempler mes fleurs.
    J'ai vu quelques chers amis partir de ce monde, avant d'avoir profité de la liberté qui vient avec la vieillesse et qui donne le droit de lire ou de jouer sur l'ordinateur jusqu'à 4 h du matin et après dormir jusqu'à je ne sais quelle heure ?-
    J’ai le droit de danser seule au rythme des années 50 et 60 et ensuite pleurer, si l’envie m’en prend pour un amour perdu il y a plus de 40 ans.
    Je prends le droit de marcher sur la plage avec un maillot de bain qui s'étire sur mon corps dodu et faire un plongeon dans les vagues en me laissant porter, malgré les regards de compassion de celles qui portent un bikini. Elles vont aussi un jour devenir vieilles, si elles ont la chance de vivre aussi longtemps.
    C'est vrai qu'à travers les années mon coeur a souffert pour la perte d'un être cher, pour la douleur d'un enfant, ou pour voir mourir un animal de compagnie. Mais c'est la souffrance qui nous donne de la force et nous fait grandir. Un coeur qui n'a pas été brisé, est stérile et ne saura jamais du bonheur d'être imparfait. Je me sens fière d'avoir vécu assez longtemps pour que mes cheveux deviennent gris et pour garder le sourire de ma jeunesse, avant que les sillons profonds n’apparaissent sur mon visage.
    Maintenant, pour répondre à la question avec sincérité, je peux dire : - J'aime être vieille, parce que la vieillesse me rend plus sage, plus libre !-.
    Je sais que je ne vais pas vivre pour toujours, mais tant que je serai là, je vais vivre selon mes propres lois, celles de mon coeur. Je ne vais pas me lamenter sur ce qui n'était pas, ni m'inquiéter de ce que ce sera. Pour le temps qu'il me reste, j'aimerais simplement vivre ma vie comme je l'ai fait jusqu'à aujourd'hui, le reste le destin décidera

    Anonyme


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires